Michel Vibert       BIOGRAPHIE

  flag to english version  

CHAPITRE I    La Musique

Dès son enfance, Michel Vibert est irrésistiblement entrainé vers la musique. 
  Le chant  d'abord, comme en témoigne son image en Petit Chanteur à la Croix de Bois  choeur dans une église
de l'Extrême-Ouest  français. 
   Puis la guitare, que son époque n'appelait pas encore sèche --  l'électrique n'existant pas -- mais simplement classique
   Sans pour autant cesser de chanter, il évoluera vite vers une musique plus moderne, plus incisive, ou selon le terme de l'époque plus engagée
   Son prosélytisme musical le poussera parfois à quelques excès,  comme sur cette photo prise dans les années '70. Plus fort que John Cage, non content de déstructurer la musique,  il démolit également l'instrument au cours d'une exécution à quatre mains.
  
La bonne ville de Montrouge verra tout à la fois  l'apothéose de cette première période, avec le tour de chant de "Marins Marine" à la fin du millénaire et le début de la deuxième vie de Michel Vibert...

CHAPITRE II      La Peinture

 
Fortement influencé par Picasso  -- qui par parenthèse habita quelque temps à  Montrouge -- il participe à l'organisation d'une exposition au Musée Picasso d'oeuvres réalisées par des adolescents en difficulté.
  Sur cet élan, il se met à la peinture ( voir les premiers essais remisés en son grenier )  et  présente ses premières productions  conçues et exposées à l'Atelier Gutenberg, toujours à Montrouge. 
  Influences revendiquées, outre celle de Picasso : Lascaux revisitée par Georges Bataille et  Perceval  imaginé par Chrétien de Troyes.
  Oeuvres sur supports divers, parfois de grande taille,  avec une majorité d'acryliques. 

 Les terres cuites du XIXe étaient visibles en façade du 26  rue  Colonel Guillon à Montrouge

CHAPITRE III  l' Orient

  Encres et papier népalais, issu de l'arbre lokta, entraînent un  format le plus souvent intimiste.  Une première série sera présentée à l'Ecole Supérieure Montsouris.
   En 2006,  une deuxième série est exposée au "125",  Boulevard Saint Germain. Référence explicite : Henri Michaux, ses encres, dessins, et commentaires sur Zao Wou-Ki.

  
 

CHAPITRE IV  Comédie d'Images

mv à Brioude    A partir de 2010, Michel Vibert prévoit une série de trois 'actes', parfois entrecoupée d'entractes, mettant en scène des encres de grand format jusqu'à 2 x (50 x 65) sans pour autant renoncer à ses productions sur papier Népal ou aux acryliques sur toile.  
  -  l' Acte I,  a eu lieu en mars 2010, au domicile de l'artiste   
  -  l'Acte II, toujours en 2010 a combiné, à l'Ecole Supérieure Montsouris,  
une exposition et des interventions de comédiens proposant au public des textes de François Cheng sur la peinture chinoise.
   
- l'Acte III et dernier a eu lieu en juillet-août 2012, à la Maison de Mandrin, galerie de la Ville de Brioude.  Ci-contre, Vibert éclairé par les vitraux de Kim en Joong dans la basilique Saint-Julien.
 
  Entre-actes auvergnats, ou la musique comme antidote à la peinture  : Chants profanes-chants profonds en 2011 et 2012 dans les églises (romanes, bien entendu)  de Frugières-le-Pin  et d'Agnat, près de Brioude.


Expositions 
    2003 - Atelier Gutenberg - Montrouge
    2005 - Ecole Supérieure Montsouris - Paris 
    2006 - 'Le 125'  - 125 Bd St Germain -  Paris
    2008 - Rue de Vaugirard - Paris

    2009 -  Aux Cercles Bleus - Paris
    2010 -
Ecole Supérieure Montsouris - Paris 
    2012  - Maison de Mandrin - Brioude
    2013  - Mairie d'Agnat (Haute-Loire)
    2014 -  Ermitage St Vincent - Vieille Brioude
    2015  - Abbaye de Lavaudieu
    2016  - Le Puy en Velay


La Grande Scie - 2013
La Grande Scie

 Selon la formule consacrée, Vibert vit et travaille à Paris, et  plus précisément rive gauche ; à la belle saison il estive en Auvergne, au-dessus de 800m.

Michel Vibert footer
2018 Actualite       Comédie d'Images :  Acte 3,  2,  I,      Archives : 2016    2015   2014   2013      Biographie : FR  GB
Conception graphique jhrobert

Accueil

logo ouvroir